Nous avons retenu pour vous

Les enfants du Liban ont besoin de notre aide
                 
 



ENTRETIEN AVEC NOHAD AZZI, PARTENAIRE DE LIBAMI-FRANCE ET DES AMIS DES ENFANTS DU MONDE (AEM) À BEYROUTH


Il y a un peu plus d’un an, la dramatique actualité plaçait Beyrouth et le Liban à la une des journaux.
Les Amis des enfants du monde (AEM), par cette interview, nous permettent de dresser un bilan et de faire apparaître les carences.

Nous sommes à la date anniversaire des terribles explosions survenues dans le port de Beyrouth le 4 août 2020. Où en est-on aujourd’hui ?
Nohad Azzi : On pensait avoir traversé la plus dure période de notre existence face à ces déflagrations meurtrières provenant du port de Beyrouth mais nous subissons depuis un effondrement financier, une catastrophe économique et sanitaire liée au Covid-19 et l’incurie de nos gouvernants. Plus d’électricité et les générateurs coupent 12 heures par jour. Plus d’essence, il faut attendre plus de trois heures pour acheter dix litres d’essence.
Le dollar, de 1 500 livres libanaises, est passé à 21 000 LL. Les produits de base, tels que le riz, sont passés à 106 % ou les œufs à 115 %. Les pommes de terre à près de 80 % d’augmentation. La majorité des Libanais n’ont plus les ressources nécessaires pour acheter les produits de base. C’est une véritable catastrophe aussi importante que les explosions. Près de 60 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.

Comment Libami intervient-elle auprès des familles qu’elle soutient dans les quartiers de Bourj-Hammoud ou de Nabaa ?
Notre mission vise l’enfance innocente du Liban. Les conditions de vie sont alarmantes : risque accru de délinquance, de fuite scolaire et de malnutrition. Nous nous efforçons, avec de modestes moyens, de lutter contre ces risques car ces enfants ont droit comme les autres à vivre dans la dignité et l’éducation pour un meilleur avenir. Malheureusement nous redoutons que le peuple libanais s’enfonce dans un avenir où l’être humain n’aura plus de rêves, au-jourd’hui massacrés, et ses enfants mourront de faim.

Quels sont vos besoins actuellement ?
Nos besoins sont quotidiens. Des familles, en urgence absolue, par dizaines frappent à notre porte, incapables d’acheter du pain ou du lait ne parlons même pas de médicaments, l’accès aux hôpitaux ne leur est plus accessible. Les dettes scolaires s’accumulent rendant l’éducation impossible. Nous sommes, pour ces familles de plus en plus nombreuses, leur seule planche de salut. Nous continuons malgré tout à assurer le support social, moral et familial, les aides financières, les scolarités, le pain, le lait, les denrées alimentaires dont ils
ont tellement besoin et nous manquons cruellement de finances.
D’où notre appel en urgence auprès de nos bienfaiteurs.

Pour nous aider
• Libami-Cholet : 13, rue Saint-Guénolé 49300 Cholet
IBAN – FR76 3000 3000 8100 0500 3722 879
• Amis des enfants du monde :
9, rue Delerue 92120 Montrouge
www.amisdesenfantsdumonde.org
Ces deux associations sont reconnues d’utilité publique
(dons fiscalement déductibles).




Un enfant qui lit sera un adulte qui pense
                 





Lire, c’est rêver les yeux ouverts


Le mouvement ATD Quart Monde l’a bien compris, puisque entre autres activités, il met en place des bibliothèques de rue, avec l’ambition de lutter contre l’isolement social et l’indigence des enfants et de leur famille de milieux défavorisés !

   



 
Copyright © 2020, Lumière sur la ville
Révisé le 19/09/2021
Pour nous contacter : lumiere-sur-la-ville@laposte.net