Nous avons retenu pour vous

Seul l’amour d’un couple peut le garder vivant
                 
 

Il porte sur son dos sa femme paralysée pour lui faire découvrir le monde


C’est l’histoire vécue de Wang Xioamin, d’origine chinoise, âgé de 57 ans, épris de son épouse , et qui, par ce très émouvant récit, nous offre une belle leçon d’amour.


Nous sommes en 2018. La femme de Wang est atteinte d’une maladie dégénérative grave. La médecine ne lui laisse aucun espoir de guérison et seulement de courtes années à vivre...
Wang, bouleversé par l’état de sa femme qui ne peut plus se déplacer, décide de lui faire parcourir le monde, pour un voyage au long cours, par-delà les frontières.
Il confie :« Le monde est si vaste, je veux lui en faire découvrir un peu, afin qu’elle le quitte sans regret, qu’elle entende le chant des oiseaux au-dessus des collines ensoleillées de notre beau pays ! »
Il va opter pour un moyen de locomotion original. Ni train, voiture, avion, side-car ! Non ! Au moyen d’un système ingénieux, fait de larges lanières, il transportera sa femme sur son dos.
Ils partent un beau matin, se lancent dans l’aventure, en commençant par une marche pédestre et proche de chez eux. Puis, ils vont plus loin. Wang est heureux de souffrir, souffrances dues aux longues marches à pied, sa femme solidement arrimée à son dos.
Celle-ci lui offre en retour de larges sourires de reconnaissance et d’amour. Elle renaît à la vie ! Ils décident alors d’aller encore plus loin. Grâce à l’immense volonté de Wang, le couple d’amoureux gravira le massif montagneux des Monts Huang, connu pour sa beauté. Ils poursuivront jusqu’au palais de Potala, au Tibet, lieu de résidence de quatorze dalaï-lama, devenu un
musée de la République de Chine.
Ce long périple pédestre s’achèvera là, lais- sant à Wang et à sa femme un souvenir impérissable, empreint de courage et d’amour, dont la force a permis de vaincre tous les obstacles par le dépassement de soi.




Roger, une vie dédiée au service
                 




Toujours présent, sans faire de bruit...

et avec le sourire


Le mercredi 12 mai, nous étions nombreux à l’église Sainte-Anne pour t’accompagner, Roger.
Nombreux, parce que tu as été, pour beaucoup, un compagnon engagé.
Tout jeune déjà, le patronage, les colonies de vacances de la paroisse...
Le quartier était alors un village de gens simples...

   



 
Copyright © 2020, Lumière sur la ville
Révisé le 18/06/2021
Pour nous contacter : lumiere-sur-la-ville@laposte.net