Edito



Editorial                                   
                                                                                                                    

Violaine Mas
(membre de l’équipe de rédaction)
et Christophe Mas son époux



La famille est le premier lieu où s’apprend et se donne l’amour

"Familles, je vous aime". En prenant le contre-pied de la célèbre citation d’André Gide qui les « haïssait », notre dossier veut souligner le constat qu’aujourd’hui, dans une société où pourtant l’individualisme donne l’impression d’être toujours plus grand, la famille reste une valeur importante. Une valeur. Quelque chose qui a du poids, qui vaut qu’on la défende, qu’on fasse des sacrifices pour elle, qu’on la protège comme une chose précieuse et fragile parfois.

En ces temps difficiles où la pandémie et le confinement ont limité les contacts de toutes sortes, nous avons peut-être redécouvert à quel point nous n’étions pas faits pour vivre seuls. Nous avons apprécié la chance que nous avions de vivre avec un conjoint et des enfants dont nous avons réappris à aimer aussi les défauts. Nous avons, par le manque, redécouvert le désir des retrouvailles avec des grands-parents, des cousins, des oncles, des tantes. Nous avons souffert avec les familles dont la crise sanitaire a réveillé ou accentué les difficultés, conduisant parfois à des séparations ou des violences.

La famille est le premier lieu où s’apprend et se donne l’amour. C’est pourquoi nous pouvons nous émerveiller de la vie de famille. C’est aussi pourquoi nous sommes si tristes lorsque nous voyons des personnes qui souffrent à cause de leur famille, des liens familiaux abîmés, des désirs d’amour qui ne sont pas comblés.

« Familles, je vous aime ». Qui est-ce « je » ? N’est-ce pas aussi le Seigneur qui aime toutes les familles, quelles qu’elles soient, avec leurs richesses et leurs blessures ? Lui aussi a voulu s’incarner au sein d’une famille humaine, qui était loin d’être « classique ». Il a voulu que son amour se développe d’abord comme celui d’un petit enfant pour ses parents, avant de s’étendre à toute l’humanité, appelée à devenir une autre famille, celle des enfants de Dieu.

Cherchons donc toujoursà faire grandir l’amour pour nos familles, nos parents, nos frères et sœurs, nos enfants, nos conjoints, notre Église !


Copyright © 2020, Lumière sur la ville
Révisé le 18/06/2021
Pour nous contacter : lumiere-sur-la-ville@laposte.net